Critiques

Critique de Shazam de David F. Sandberg, 2019

Avant de parler du film, il faut préciser que la sortie de Shazam, est la fin d’une ère pour le DC Cinematic Universe. Ce dernier a bien vu que dans l’extension de ses comics au grand écran, quelque chose n’allait pas (ne serait-ce que le décrié Batman v Superman ou le film Suicide Squad qui se résume à une playlist Spotify cool, agrémentée aléatoirement du postérieur de Margot Robbie et de Will Smith qui tire sur des trucs). Mais Shazam, c’est aussi la lumière au bout du tunnel. En effet, les relatifs succès (au moins au box office) de Aquaman, et Wonder Woman vont être reconduits pour des suites. La firme DC a donc bel et bien identifié la source de ses succès : Les origine stories (oui Joker, c’est bien toi que je regarde).

Shazam est un film véritablement drôle. En sortant de la salle de projection, on ne retient ni les combats, ni personnages (bien que ceux-ci soit globalement corrects), mais plutôt les situations que permet d’installer le pitch de Shazam: un enfant dans un corps aussi puissant que celui de Superman. Le film tranche donc avec la noirceur à laquelle DC Cinematic Universe nous habitue. On sent presque le fantôme de Thor Ragnarok, côté Marvel qui voulait se détacher par son ton et son aspect graphique, plus coloré. Bien que la cohérence ne soit pas un point commun entre les deux univers, on peut trouver une ressemblance dans l’humour des deux films. En effet, si la “recette marvel” me lasse, (avec des punchlines aussi fades qu’une part de pizza froide pas mangée la veille), donner à Billy Batson, un gamin de 15 ans, les pouvoirs de Superman permet de créer des moments très drôle. Batson devenant un héros du jour au lendemain, n’est pas du tout du genre à penser que “de grands pouvoir impliquent de grandes responsabilités”. On se retrouve donc avec une version immature de super héros qui ne se gêne pas pour tacler l’humour fade dont je parlais plus tôt. Pour les connaisseurs du comics cependant, rien de nouveau, mais le film est-il bon pour autant?
C’est vrai que je ris encore deux jours après l’avoir vu, mais je sais que l’humour tend à me faire oublier les faiblesses aussi grosses qu’une maison que le film présente. Je suis un fervent défenseur de la voix française. Je préfère la VF de Samurai Champloo, c’est dire. Mais en voyant le film arriver, les traducteurs ont dû suer très fort. On a donc le privilège d’entendre des ébauches de noms trèèèèès grinçantes comme “Captain Pétarade”, ou la “Foudre Rouge”. Donc malheureusement la VF se prend de plein fouet le bus humoristique de la langue anglaise. A propos du scénario j’étais très déçu de ne pas voir Dwayne Johnson The Rock en tant que Black Adam. A la place on a le droit au professeur Sivanna, dont les motivations sont un ramassis de clichés, malgré le fantastique acteur chauve Mark Strong. Du côté de Batson, la seule motivation développée est elle de retrouver sa mère. Quant aux pouvoirs de Shamzam, ils n’aident pas vraiment Batson. On a donc deux personnages antagonistes dont les motivations sont particulièrement faibles. Oui mais pourtant, j’aime bien ce film.

Un film moyen qui excelle sur sa seule qualité. Le film a un scénario assez faible, des combats plutôt oubliables, la musique est également peu présente et la VF vous sort du film façon “dialogue de Hélène et les garçons”. Mais, les deux réussites du film sont son humour, et plus modestement ses personnages. Assez attachants, et suffisamment atypiques pour qu’on y voie pas trop de clichés de films super héroïques, ils permettent d’établir des scènes vraiment drôles qui masquent les défauts du film; comme un gosse qui dessine sur une boite de camembert pour en faire une boite à bijou de fête des mères : c’est globalement moche mais ça fait toujours plaisir. Allez voir ce film avec des amis, c’est une bonne comédie qui vous arrachera très certainement quelques rire, sans pour autant être un chef d’oeuvre. Un film sans prise de tête.

 

Hugo Champier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.