Autres

Retour sur les nominations de la 91ème édition des oscars

Pour bien commencer ce mandat 2019, quoi de mieux que jeter un coup d’œil sur les nominations des oscars annoncées récemment. La 91ème édition des oscars se tiendra le dimanche 24 février sans présentateur, après le retrait de Kevin Hart pour une polémique autour d’anciens tweets homophobes. Une première depuis 30 ans !

Que reste-t-il de la 90ème édition résolument féministe, après l’affaire Weinstein ? Bien peu de choses, étant donné qu’aucune femme n’a été sélectionnée pour meilleur réalisateur et meilleur film. Cela malgré de belles propositions comme Mary Stuart, reine d’Écosse de Josie Rourke, ou encore Can You Ever Forgive Me de Marielle Heller, nominé dans d’autres catégories. A ce jour, seule Kathryn Bigelow a reçu l’oscar de la meilleure réalisatrice en 2010 pour Démineur

En revanche, la vague afro-américaine qui apporte un coup de frais et de diversité depuis quelques années avec Moonligth, Get out ou encore 12 years a slave s’amplifie. En effet, on retrouve BlacKKKlansman de Spike Lee, Green Book, une comédie dans les années 60 ségrégationnistes aux Etats-Unis, avec  Viggo Mortensen (aka Aragorn dans le Seigneur des Anneaux). La surprise, navrante, c’est Black Panther, le blockbuster de Marvel, qui remporte 7 nominations, dont meilleur film… La cérémonie semble vouloir se rapprocher de succès populaires pour remonter les audiences, au point d’en oublier la qualité des films. Celui-là est loin d’être marquant, sinon par sa portée politique et sa bande-son moderne avec notamment All the Star de Kendrick Lamar nominé dans la catégorie meilleure chanson.

Justement, les 2 biopics musicaux populaires de cette année confirment leurs succès entre A star is born de Bradley Cooper et Bohemian Rapsody qui sort glorieux des Golden Globes. Pourtant, le film est peut-être trop encensé pour ce qu’il est et ne correspond pas toujours à la réalité. Bref, on ne retient surtout que la musique (évidemment) et la superbe performance de Rami Malek.

Les 2 grands champions, avec 10 nominations chacun sont, tout d’abord, The Favourite, film d’époque qu’on a découvert en avance au Festival Univerciné Britannique du Katorza, avec notamment Emma Stone. L’autre est Roma, lion d’or de la Mostra de Venise, le 1er film Netflix à être nominé pour meilleur réalisateur, mais que Cannes a délaissé dans son combat perdu d’avance contre le site américain. Ce dernier reste incontournable cette année, en proposant également La Ballade de Buster Scruggs, nouveau western des frères Coen, nominé trois fois. Roma, c’est aussi la continuité de la success story du cinéma mexicain, après The Shape of Water de Guillermo del Toro l’année dernière, ou encore Lejandro González Iñárritu (Birdman et The Revenant).

Il y a bien sûr des oubliés, ne serait-ce que First Man de Damien Chazelle, peu nominé. A vrai dire, il ne doit plus savoir quoi faire de la montagne d’oscars déjà récoltés avec Whiplash et La la land.

Côté animation, L’île aux Chiens, ainsi que le génial Spiderman : New Generation, pourraient enfin mettre en danger Disney, gagnant du meilleur film d’animation depuis 2012.

Joseph Joncheray

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *