Critiques

Dracula de Netflix se casse les dents

Dracula, mini-série Netflix et BBC one, de Steven Moffat et Mark Gatiss, 3x 88-91 minutes

La Roumanie est probablement l’un des pays les plus mis à l’écran de part le nombre foisonnant d’œuvres sur les vampires et en particulier Dracula. Cette mini-série de 3 épisodes (d’1h30 tout de même, accrochez-vous) nous renvoie une fois de plus en Transylvanie, chez le terrible Comte.

Et dès les 1ères secondes, on sent le massacre, causé par Dracula et causé par Moffat et Gatiss. Les effets spéciaux et les décors sont dignes d’une mini-série de Youtubeur, la réalisation est hésitante, parfois gênante.

Les costumes ensuite, taillons leur un costard. Oui car mieux vaut rire que pleurer des larmes (de sang) de cet insipide spectacle. En effet, tout est cliché. Si parfois le cliché est amusant ou réussi, ici tout est mauvais. Et moche pour les yeux de surcroît. L’histoire est sexualisée sans aucune raison : d’abord, la femme de Jonathan Harker qui annonce sa bisexualité dans une lettre ; puis une scène perturbante où ce même pauvre Jonathan se retrouve à être, disons-le crûment, enfourché par le Comte (qui a au début de l’épisode le corps d’un nonagénaire).

Mais le pire reste à venir tant le jeu d’acteur est plus digne d’une telenovela comme Violetta que d’une grande série comme Game of Thrones.

Dracula a été interprété par l’effrayant hongrois Bela Lugosa, par le britannique incroyablement charismatique Christopher Lee (accessoirement Saroumane et également comte dans la Galaxie Star Wars comme comte Dooku) et enfin par « l’actor’s actor » Gary Oldman dans le Bram Stoker’s Dracula de Coppola. Comparé à cela, Netflix nous offre le danois Claes Bang qui a le charisme d’une huître et n’est ni effrayant, ni touchant, ni convaincant et à la limite du ridicule dans certaines scènes. Il réussit à faire pire que Marion Cotillard dans sa scène de mort dans Batman, et ce pendant 4h ce qui est quand même très osé.

Alors on regarde jusqu’au bout dans l’espoir d’amélioration mais les 1h30 deviennent diaboliquement (je dirai même vampiriquement) longues et à la fin on soupire de désespoir devant tant de nullité.

Notons tout de même un point positif ! Le rôle de la nonne est brillamment tenu par Dolly Wells qui est la seule bonne idée et bonne découverte de ce naufrage.

Finalement, passez votre chemin et espérons que l’Etat roumain porte plainte contre la série pour « insulte à sa culture ».

1/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *