Autres

Ces films qui parlent (trop) bien de musique

Comme je sais difficilement parler d’autre chose de cinéma et de musique, autant allier les deux et aborder un sujet qui, je l’espère, pourrait vous intéresser : la représentation de la musique au cinéma.

La musique a une place essentielle dans tout film, en tant qu’accompagnatrice qui rythme l’action. C’est elle qui accentue des émotions que l’image nous fait ressentir, peur, tristesse, angoisse ou joie. Mais il arrive aussi que la musique prenne une place centrale dans un film, et se trouve au cœur de l’action (et non, je parle pas des 4 longues minutes dans Euphoria au moment de la chanson d’Eliott).

Je me suis dit qu’il pouvait être intéressant de parler de quelques films qui, selon moi, abordent la musique de manière variée, et de voir quel rôle ils lui donnent.

 

Le Concert

Le Concert, c’est l’histoire d’un ancien chef d’orchestre russe, Andrei, dont la carrière a été soudainement interrompue par le Parti à l’époque de l’URSS, qui décide de se faire passer pour le chef actuel du Bolchoï à Paris. Mais on apprend au cours du film qu’Andrei a une idée derrière la tête…

Si la musique dans ce film est la raison d’être d’Andrei, elle est aussi la raison de sa chute : c’est parce qu’il a fait jouer des Juifs dans son orchestre que le Parti l’humilie publiquement. Pourtant, c’est bel et bien la musique qui le réconciliera avec son passé douloureux, et lui assurera un retour glorieux sur la scène musicale.

On retient ce film surtout pour la scène de fin et le concerto de Tchaïkovski qui ne manque pas de nous faire verser une larme. Pas besoin d’être un expert en musique classique pour apprécier grandement cette belle histoire !

 

Baby Driver

Dans Baby Driver, film qui suit un chauffeur dans un gang de braqueurs, la musique est omniprésente. Le personnage principal, Baby, noie ses acouphènes dans la musique, et aime enregistrer à peu près tout ce qu’il entend pour les mixer. Ici la musique est un palliatif, elle apaise la douleur et rythme le quotidien. On la retrouve dans les détails les plus insignifiants, comme une conversation, et le film se trouve non seulement rythmé mais carrément mené par la musique.

 

Le Pianiste

Il fallait bien que je le mentionne… Dans Le Pianiste, qui raconte l’histoire d’un pianiste Juif à Varsovie qui échappe aux nazis pendant la guerre, Wladyslaw est ultimement sauvé par la musique : caché dans un appartement où se trouve un piano, il est découvert par un officier de la Wehrmacht qui, séduit par ses talents de pianiste, le cache et lui apporte des provisions jusqu’à la fin de la guerre. Ce morceau déchirant de piano, une ballade de Chopin, nous émeut au moment de cette scène décisive pour les personnages comme pour le spectateur.

 

Les comédies musicales : quand la musique raconte l’histoire

C’est probablement la raison pour laquelle j’ai un faible pour les comédies musicales : les chansons racontent l’histoire, l’illustrent et nous donnent un aspect plus intime aux situations et sentiments des personnages. La chanson dans la comédie musicale c’est pas accessoire : elle peut faire véritablement avancer l’histoire. Le meilleur exemple que j’ai en tête c’est l’épilogue de La La Land, qui, en musique, nous offre une fin alternative -moins réaliste mais plus Hollywood, plus classique, le « happy ever after ».

 

Pour conclure tout ça, je vous conseille bien évidemment de voir les films cités ici, ainsi que d’autres incontournables qui nous parlent en beauté de musique :

  • Good Morning England
  • Whiplash
  • Sugar Man
  • 8 Mile

 

Et, petit bonus… voici les sons mentionnés dans l’article !

  • Concerto pour violon en ré majeur, op. 35 de Tchaïkovski
  • Ballade n.1 in G minor, op. 23 de Chopin
  • Was he slow? De Kid Koala
  • Epilogue de Justin Hurwitz

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.